Plus que toute autre pièce, la cuisine nécessite une réflexion en amont de son aménagement. Sens de circulation, triangle et zones d’activité, hauteurs standardisées : avant de vous lancer, vous devez connaître certaines règles. Ensuite, vous aurez tout à loisir de choisir les finitions et la déco de votre cuisine flambant neuve !

Triangle et zones d’activité

La première règle à connaître lorsque l’on souhaite aménager ou refaire sa cuisine est celle du triangle d’activité. La table de cuisson, l’évier et le réfrigérateur sont les trois points que ce triangle relie, car c’est entre ces trois zones que s’effectuent la plupart des tâches courantes. Il s’agit donc de les positionner de manière stratégique : ni trop proches, ni trop éloignés. Idéalement, les spécialistes conseillent une distance de 90 cm entre chaque point. A cela s’ajoutent les zones d’activité, continuité de chaque point du triangle : les pôles “cuisson”, “lavage” et “conservation”. L’idée est donc d’agencer la cuisine de manière à ne pas avoir à la traverser une poêle brûlante à la main ou à faire des allers-retours trop longs entre le réfrigérateur et l’évier pour préparer les repas. On pensera également au flux de la vaisselle : la poubelle, l’évier et le lave-vaisselle seront proches, et les espaces de rangements dédiés à la vaisselle devront être à côté du lave-vaisselle.

amenager-combles
Surfaces brillantes et couleurs chaleureuses. © SoCoo’c

Mesures et agencement

Une fois ces quelques règles élémentaires en tête, l’agencement de la cuisine peut se concrétiser. Première étape : dessiner un plan. Il s’agit ainsi de prendre les mesures de la pièce, en indiquant bien l’emplacement des portes et fenêtres ainsi que des arrivées d’eau, de gaz et d’électricité. Si la réalisation d’un plan à la main sur une feuille quadrillée vous rebute, sachez qu’un grand nombre de cuisinistes mettent à disposition gratuitement des logiciels, en ligne ou à télécharger. Celui de SoCoo’c, par exemple, vous propose, en fonction des mesures et spécifications de votre pièce, plusieurs agencements possibles. Vous pouvez ensuite modifier des éléments, en supprimer ou en ajouter et, bien sûr, choisir les finitions et matériaux. Côté pratique, la plupart de ces logiciels vous indique le prix d’un tel aménagement, étape après étape, et vous permet de finaliser votre projet en magasin. 

Si vous souhaitez néanmoins réaliser vous-même le plan, il vous faudra prendre en compte quelques impératifs. Ainsi, certaines hauteurs sont à respecter : le plan de travail doit se situer à hauteur de la ceinture (85 à  cm), le four à hauteur des yeux et, pour les rangements hauts, la dernière étagère ne doit pas dépasser les 220 cm. Enfin, n’oubliez pas de laisser suffisamment d’espace pour circuler. Selon la taille de la pièce : 70 cm de place libre devant les meubles est un minimum, tandis que 90 cm permettent de contourner un élément ouvert et 120 cm d’évoluer à deux dans la cuisine.

amenager-combles
Une cuisine familiale avec îlot central. © Lapeyre

Cuisine en L, en U…

La forme de la cuisine ainsi que sa taille détermine grandement le type d’aménagement que vous pourrez choisir. Ainsi, une cuisine en ligne (ou en I) est adaptée pour les petits espaces puisqu’elle regroupe toutes les fonctions sur un seul mur. La cuisine en L est la plus courante car elle permet d’intégrer une table. Ce type d’agencement convient dès que la surface atteint les 10 m2. Si votre cuisine est large (minimum 2,50 m), une cuisine en parallèle est possible et offrent de nombreux rangements. Enfin, si l’espace le permet (à partir de 15 m2), une cuisine en U est alors envisageable : les meubles occupent trois murs et une table ou un îlot central se place au milieu. Enfin, les solutions ouvertes sont de plus en plus nombreuses chez les cuisinistes, intégrant la cuisine au cœur de l’habitation. Il s’agit alors de trouver la bonne finition pour harmoniser votre déco !