Ces dernières années, la transition énergétique demeure au cœur des actualités environnementales, et ce, à l’échelle mondiale. Si beaucoup d’efforts ont déjà été réalisés et de nombreux projets concrétisés, la transition énergétique est encore un grand chantier sur lequel chaque gouvernement se concentre.

Qu’est-ce que la transition énergétique ?

La transition énergétique peut être définie comme une voie qui mène vers la transformation du secteur énergétique mondial. Cette démarche vise essentiellement à réduire l’impact environnemental causé par la forte exploitation et la consommation d’énergie fossile.

La nécessité de réduire les émissions de gaz carbonique (CO2), responsables du changement climatique, devient urgente.

L’utilisation des ressources fossiles (pétrole, lignite, gaz naturel, charbon) doit être laissée en faveur des énergies renouvelables. Ces dernières sont sans danger et ne présentent aucune menace pour la planète. Les différentes méthodes de production d’énergies appelées énergies propres, sont au nombre de cinq :

  • L’énergie solaire
  • L’énergie éolienne
  • L’énergie hydraulique
  • La biomasse
  • La géothermie.

La transition énergétique répond à de nombreux enjeux environnementaux. Car il est  évident que les ressources naturelles se raréfient de plus en plus. Conséquence principale des modes de consommation actuels, mais aussi des habitudes des générations précédentes.

Qui sont concernés par la Transition énergétique ?

La transition énergétique est l’affaire de tous. Elle concerne toutes les activités humaines. Que ce soit les transports, les industries, les usines de production ou les différentes solutions de chauffage. D’ailleurs, chacun, à son niveau peut bénéficier d’une aide dans le cadre de la transition énergétique, surtout ceux qui entreprennent des travaux de rénovation énergétique.

La combinaison des efforts et des actions de chacun est le seul moyen de mettre en œuvre et de réussir la transition énergétique. Dans un premier temps, un mix énergétique est indispensable. Mais dans lequel, les énergies renouvelables doivent tenir une place prépondérante. 

La volonté de changer ne doit pas seulement venir des décideurs politiques, ni des chercheurs spécialistes des questions environnementales, mais concernent toutes les entreprises, tous les citoyens, toutes les collectivités et tous les ménages.

Les objectifs de la transition énergétique

Les objectifs de la transition énergétique est d’arriver petit à petit à instaurer une consommation énergétique raisonnable et plus efficiente. En France, les objectifs ont déjà été fixés et plus explicites car ils sont représentés sous forme de chiffres. Ils sont également traduits en loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), effective depuis 2015.  En voici les principaux objectifs fixés par la France :

  1. Les émissions de gaz à effet de serre doivent être réduites de 40% entre  1990 et 2030. Et de 75% entre 1990 et 2050.
  2. La réduction de 30% de la consommation de combustibles fossiles doit être faite en 2030, par rapport à 2012.
  3. L’augmentation de 50% de l’utilisation des énergies renouvelables d’ici 2050.

Ces objectifs peuvent paraître ambitieux par rapport aux objectifs que les autres pays européens se sont fixés. Mais les experts jugent qu’ils sont largement réalisables. L’utilisation de l’électricité dans le chauffage domestique favorise cette transition énergétique en France. Contrairement à l’Allemagne, par exemple, où le chauffage dépend essentiellement des hydrocarbures.

L’augmentation du recyclage, le tri domestique, la transformation des déchets, le compostage domestique, sont autant d’actions qui aident à réduire les empreintes de carbone.

L’objectif de la transition énergétique est également d’atteindre une indépendance énergétique. En effet, en France, une grande partie des énergies fossiles sont importées. Ce qui représente un coût considérable. Les pays fournisseurs peuvent également les utiliser comme moyens de pression sur les décisions politiques et économiques que les dirigeants doivent prendre.

Les défis

Le stockage des énergies renouvelables fait partie des principaux défis auxquels la transition énergétique doit faire face. Les nombreuses productions d’énergies renouvelables et des nouvelles technologies sont toutes confrontées à ce problème majeur qu’est le stockage.

Souvent produites de façon intermittente, les énergies renouvelables ont toujours rencontrés un problème de stockage. Si ce problème de taille est résolu, l’utilisation de l’énergie verte surpassera de loin les formes d’énergies actuelles.

Les financements de la transition énergétique

Pour les collectivités, la transition énergétique est principalement financée par la Caisse des dépôts. Un financement de l’ordre de 5 milliards d’euros a été débloqué et serviront principalement au financement des initiatives émergentes sur l’ensemble du territoire comme la rénovation énergétique, la construction des BEPOS (bâtiments à énergie positive), des transports et moyens de locomotion propres, etc.

Le transport propre ne concerne pas uniquement l’utilisation des voitures électriques, ni l’utilisation du bio éthanol en tant que carburant. Cela peut également se traduire par l’incitation à utiliser du covoiturage pour les employés d’une même entreprise, ou la sensibilisation à se déplacer à vélo.

Le fonds de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) incite également les collectivités locales à mettre en place des moyens efficaces pour réduire l’émission de CO2 et à utiliser des chauffages plus efficaces. .

La France face à l’utilisation de l’énergie renouvelable

Malgré les innombrables efforts déjà entrepris, les énergies renouvelables en France présentent encore une croissance insuffisante. Même si le pays la troisième place du podium sur le classement des pays européens champions de l’utilisation des énergies renouvelables. La France se place derrière l’Allemagne et l’Italie.

La France doit sa position à l’utilisation de l’hydroélectricité, grâce à ses nombreux barrages de montagne. Mais elle est loin derrière les leaders des deux énergies renouvelables qui ont émergé plus récemment. Le pays se classe quatrième dans pour l’énergie éolienne et cinquième pour l’énergie solaire, bien loin derrière l’Allemagne, qui est le leader dans les deux domaines.

Ensemble, près de 200 pays se sont engagés à freiner le réchauffement climatique en réduisant considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Cependant, l’enthousiasme du début à considérablement baissé. Et le respect des engagements a beaucoup ralenti. La réglementation et l’engagement ont été inégaux dans l’ensemble de l’économie mondiale, certains pays continuant d’augmenter leurs émissions malgré les promesses d’une réduction des empreintes carbone plus poussée.