« J’ai trois conditions que je suis obligé de respecter, je ne sais pas à quoi cela va ressembler, je ne sais pas quand cela va être fini et je ne sais pas combien cela va coûter ».

Un mépris total pour le statu quo de l’architecture et un style incomparable. Antti Lovag est l’un des architectes les plus respectés de l’histoire moderne – mais si vous lui demandez, il ne reconnaîtra jamais un tel titre. Dans l’esprit de Lovag, il a toujours été un habitologue, plus préoccupé par la réaction de l’homme à son environnement que par l’attrait visuel d’un espace. Mais grâce à sa passion et à ses méthodes, ses structures deviennent quelque chose de merveilleux à admirer. Prenez par exemple son œuvre la plus célèbre : un manoir de six étages de 1,7 hectare surplombant la Méditerranée en France. L’une des œuvres les plus admirées de Lovag est à elle seule époustouflante, construite sans plan ni schéma directeur : Le Palais Bulles. Pour en savoir plus, lisez cet article.

Plutôt qu’une résidence privée, le Palais Bulles accueille une résidence d’artiste tout au long de l’année. En ce moment, Emma Dusong imagine des moyens de faire chanter la maison, pour une composition et une harmonie à la mesure des structures d’Antti Lovag.

La maison a servi d’inspiration à de nombreux artistes et designers. Plus récemment, elle a inspiré la collection Dior 2016 Resort, et a servi de scène à leur défilé de mode.

« Que ce soit pour des raisons économiques ou par manque de solutions techniques, les êtres humains se sont confinés dans des cubes pleins d’impasses et d’angles qui entravent notre mouvement et brisent notre harmonie. La ligne droite est une agression contre la nature ».

Le cercle est le point de départ de l’habitologie. Comme l’a souligné Lovag, c’est la source de notre champ de vision et le mouvement naturel des bras et des jambes de l’homme. « La convivialité est un phénomène circulaire. Le cercle structure la façon dont la vie humaine se déroule ».

C’est aussi une structure d’une simplicité surprenante, n’ayant qu’une seule dimension : son rayon. D’où la fascination de Lovag pour les sphères et leur nature polyvalente, légère et durable. Cette polyvalence lui a permis, ainsi qu’à son équipe, d’improviser les structures sur le site. Ils ont souvent fait rouler les sphères en fil de fer autour du site en cherchant l’endroit parfait où elles s’adapteraient le mieux.

C’était une question de spontanéité, c’était une forme de jeu. Laissant ainsi des formes organiques qui parlent de notre état le plus naturel et alimentant l’appétit de notre sens primitif pour des expériences brutes et sensuelles,. Lovag visait à nous éveiller à nos sens, donc à nous-mêmes. Comme le dit David Abram dans son livre The Spell of the Sensuous :

« Pris dans une masse d’abstractions, notre attention hypnotisée par une foule de technologies fabriquées par l’homme qui ne font que nous renvoyer à nous-mêmes, il nous est trop facile d’oublier notre héritage charnel dans une matrice de sensations et de sensibilités plus qu’humaine. Nos corps se sont formés dans une délicate réciprocité avec les multiples textures, sons et formes d’une terre animée – nos yeux ont évolué dans une interaction subtile avec d’autres yeux, tandis que nos oreilles sont en accord par leur structure même avec le hurlement des loups et le klaxon des oies. Se couper de ces autres voix, continuer par notre mode de vie à condamner ces autres sensibilités à l’oubli de l’extinction, c’est voler à nos propres sens leur intégrité, et à notre esprit leur cohérence. Nous ne sommes humains qu’en contact, et en convivialité, avec ce qui n’est pas humain ».

En raison de son approche radicale et imprévisible de ses projets, Lovag n’a pas eu beaucoup de clients, mais tout au long de sa vie, il a travaillé avec de nombreux complices. Ceux qui étaient prêts à le rejoindre dans sa quête d’exploration et de libération, ceux qui pouvaient et voulaient se mettre derrière sa vision et imaginer ce qui n’avait pas été vu.